Aujourd’hui, on a eu l’atelier Post-it. Post-it, en deux mots, c’est l’occasion aux étudiants de l’ESAL (Metz, Épinal) dont je fais d’ailleurs partie, de monter pour chacun d’entre nous une installation en une petite journée avec les moyens du bord. Le but étant de faire une exposition à la hauteur du temps qui nous est imparti. Dans le cadre de cet atelier, j’ai monté « Batterie romantique » ou « Poème symphonique pour batterie » (au choix), une performance musicale à base de percussions, d’un modeste programme, de piezos, et d’un vidéo-projecteur.

batterieromantique01

bat04
panoramique installation

La batterie romantique permet de composer des tableaux à partir d’éléments de l’iconographie romantique: Tout d’abord, peindre les cieux avec des nappes de crash, crescendos puis decrescendos, puis aussi, avec des pings éclatants. Ensuite, faire arriver la terre à coups de tambour au son grave. Et sur ces terres, arrive au son clair de la caisse, l’homme en guerre, le militaire, le fusillé, les révoltés… Un aperçu ci-dessous. (Nota : une vidéo de la performance est disponible à la fin de l’article).

bat03

bat01

bat02

J’avais envie, il y a quelques temps, de « peindre » des tableaux romantiques avec une batterie, avec brutalité, histoire de rompre avec une certaine esthétique, propre à l’époque. Et pourtant, ce n’est pas totalement idiot car c’était aussi l’époque des guerres ou l’Europe était déchirée, au son des marches militaires, loin des envolées sentimentales et introspectives…

Napoléon, image épinal

Et comme des images animées valent mieux qu’un long discours, voici la performance en vidéo.



Techniquement, il y a pour chacun des éléments de la batterie un piezo accroché qui capte les vibrations. Ces informations sont envoyés sur trois ports analogiques d’une carte arduino qui envoie toutes les données à l’ordinateur. Le programme codé en Processing interprète la teneur de ces vibrations et affiche des images aléatoirement stockées par genres dans des listes selon des seuils de sensibilité. Le programme exporté en .app, j’ajoute la touche finale, un mélange de diplomatie et de faux-dercherie, une magnifique icône:

post-it-logo