des formes de l'expérience…


Larcélavy.

Je suis un individu,
qui s'individue
ou qui essaie du moins.

Pour cela,
chaque geste accompli dans l'espace de l'expérience de la vie quotidienne,
peut-être considéré comme un acte artistique en puissance (branleur! me dit-on à l'oreillette).
Peuple, je t'entends. Et voici ma réponse.
Quand un certain bonhomme nous dit que tout le monde est un artiste, cela veut surement dire qu'il y a, intrinsèquement dans l'activité quotidienne, une charge esthétique qu'il s'agit de porter à son plus vif éclat…

Pour cela, peut-être qu'il faut être ententif à son activité. Nous correspondons avec notre milieu et d'autres organismes, de type humain, biologique, minéral, végétal… Il faut maintenir ces correspondances à son plus haut degré d'expression… Nous pourrions dire: nous co-composons avec la matière!

Nous sommes dans l'étendue-matière, essayons les textures.

Toute activité, n'importe quel phénomène, du moment qu'il est un événement, c'est-à-dire une réalité qui s'offre à l'expérience d'un observateur, est une forme d'expérience, une forme d'art, un déploiement qui ouvre à d'autres contrepoints.

J'espère que — par exemple — ma bière de sauge trop levurée est une forme d'art —qui, avec ces ~8° d'alcool— permet d'ébaudir plus que jamais l'âme et le corps. Toutes ces bactéries qui travaillent à l'ivresse, c'est quand même dingue.

C'est ici un exemple, une texture parmi d'autres… Il y a aussi la texture vidéo, la matière musicale, et puis les images. J'espère que vous vous perdrez ici dans cet espace de texture numérisées.

 

RETOUR<<<<<<<<<<<<<<<